EMPLOIS D’AVENIR : PEUT MIEUX FAIRE…

emploi_jeuneTrop de jeunes sont privés d’emploi : près de 23 % des moins de 25 ans sont au chômage. Alors fallait-il voter les emplois d’avenir ? Urgent et nécessaire, oui, efficace… c’est moins sûr. Ce dispositif est un pansement qui soulagera momentanément mais il n’est pas le remède à la maladie. Si cette démarche peut être une opportunité pour certains, elle concernera, au mieux, 3% d’entre eux. Il est regrettable que ce texte ne s’attache pas plus à la formation, qu’il ne prévoie pas une extension aux PME ni une véritable politique de relance de la compétitivité.

Par ailleurs, ces emplois relèveront quasi exclusivement du secteur non marchand, c’est-à-dire public et associatif. Dès lors, comment le gouvernement entend-il résorber le chômage des jeunes en créant des emplois dans un secteur pour lequel il envisage de réduire les effectifs ? Pour résorber durablement le chômage des jeunes et relancer la compétitivité, il faut développer l’apprentissage. Une proposition de loi visant à fusionner les CFA (centre de formation par alternance) et les filières professionnelles de l’Education nationale sera bientôt déposée.