NON AUX RADARS PLETHORIQUES, OUI AU DESENDETTEMENT DE L'ETAT!

RadarsCette année, les radars auront permis plus de recettes que prévu. La loi de finances 2012 prévoit que la moitié de cet excédent soit affecté à l’acquisition de nouveaux radars. Compte tenu de notre obligation de redresser les comptes publics, j’ai pour ma part proposé que ce surcroit soit affecté au désendettement de l’état. Mon amendement a été adopté par le Sénat…mais malheureusement non retenu par l’Assemblée nationale.

Les recettes liées aux amendes des radars sont plus importantes que prévu et leur produit a été réévalué à 520,7 millions d’euros pour 2011 et 2012, contre 457 millions d’euros dans la programmation triennale.

La Loi de Finances 2012 prévoit que la moitié de cet excédent de recettes, dans la limite de 20 millions d'euros, soit affectée au financement du déploiement des nouveaux radars, dont les radars dits « pédagogiques ».

L'ardente obligation de redressement des comptes à laquelle notre pays est aujourd'hui soumis implique de réviser nos priorités. J'ai donc proposé d'affecter ce surcroît de 20 millions d'euros de recettes au désendettement de l'Etat et non plus à l'installation de nouveaux radars. Le gouvernement m'interpelle en séance « les radars rapportent plus d'argent que ne coûte leur installation », je lui réponds « Entendu mais les radars pédagogiques vont coûter sans rien rapporter! », j'ai maintenu mon amendement qui a finalement été adopté par le Sénat mais ne sera sans doute pas retenu dans le projet final de l'assemblée nationale.

Le financement du déploiement de nouveaux radars demeurera possible, peut-être à un rythme un peu moins soutenu, par une meilleure utilisation des reports de crédits.