Projet de Loi de Finance 2014 : " La déception est très grande" (09/07/2014)

sénatHier au Sénat, j'ai voté contre le Projet de loi de finances pour 2014 comme l'ensemble de mes collègues du groupe "UDI-UC". Nous attendions pourtant beaucoup de ce texte. Les indicateurs économiques sont dans le rouge, la trajectoire budgétaire dérape, le déficit s'aggrave, le chômage ne cesse d'augmenter, la dette s'envole... Où sont les louables intentions annoncées dans le pacte de responsabilité ? Où sont les réformes structurelles ? Où sont les mesures en faveur des entreprises ? Nous avons bien cherché, nous n'avons pas trouvé ...

Pour ma part il s'agit d'une navigation à vue et d'une certaine improvisation : le gouvernement propose d'alléger l'impôt sur le revenus des plus modestes en profitant des recettes liées aux amendes des riches fraudeurs. D'un côté ils présentent l'allègement comme durable alors qu'ils savent très bien que le surplus de recettes liées à la fraude restera exceptionnel. On finance une mesure pérenne par une recette exceptionnelle, tout le contraire de la bonne gestion!!

Faisant le constat que la seule disposition relative aux entreprises est la prorogation de la surtaxe sur l'impôt sur les sociétés, j' ai déposé trois amendements visant à réorienter le texte en faveur des entreprises et articulés autour de trois axes :
1. la suppression de la prorogation de la contribution exceptionnelle sur l'impôt sur les sociétés ;
2. la baisse progressive de l'impôt sur les sociétés sur 5 ans ;
3. l'extension du CICE aux artisans et indépendants.

Face à l'absence de réelles économies et à un Gouvernement sourd à nos propositions, mes collègues et moi avons voté contre ce texte. Je regrette l'absence d'écoute. En réorientant la première partie du PLF, elle aurait pu être votée et ainsi le Sénat aurait pu engager l'examen de la deuxième partie du texte. Nous aurions pu faire de ce débat le début d'une grande réforme, nous nous sommes malheureusement heurtés à un mur...