Présentation de l'AM.E.L.I.E.

L'AMicale des Elus Libres et Indépendants de l'Essonne (AM.E.L.I.E.).

Président d'honneur: Vincent Delahaye , sénateur-maire de Massy, Président d'Europ'Essonne
Présidente: Brigitte Puech, maire de Ballainvilliers et 1ere Vice-présidente d'Europ'Essonne
Secretaire général: Jacques Mione, 1er adjoint à Ballancourt
Trésorier: Yann Cauchetier, élu de Gif-sur-Yvette

Objectif : Créer un réseau d’élus essonniens, pour débattre, s’informer, sur des sujets d’actualités. Durant sa campagne Vincent Delahaye avait conduit la liste des élus « libres et indépendants pour L’Essonne ». Avec les 6 autres maires de sa liste ils s’engageaient pour constituer une équipe dynamique afin de guider, informer et aider tous les élus du département. Pour Vincent Delahaye et ses colistiers  « cette dynamique est toujours vive et présente, d’où notre volonté de la faire vivre au sein d’une amicale ». Sa vocation est de constituer un réseau d’élus auprès duquel ils trouveront aide, conseil et formation.

> Rejoignez l'AM.E.L.I.E.

Première Conférence-Débat de L'AMicale des Elus Libres et Indépendants de l'Essonne: "La France dans la crise: diagnostic et perspectives" animée par Christian Saint-Etienne, économiste et analyste politique

christian_saint_etienneLa première soirée-débat organisée par A.M.E.L.I.E (AMicale des élus libres et indépendants en Essonne) a été riche d’enseignements pour les soixante-dix élus présents, mercredi 4 avril, à la salle des fêtes de Montlhéry.

Vincent Delahaye, sénateur-maire de Massy, et Brigitte Puech, présidente de l’AM.E.L.I.E, accueillaient Christian Saint-Étienne, économiste universitaire et analyste politique, professeur titulaire de la Chaire d'Économie industrielle au Conservatoire national des arts et métiers et membre éminent du Conseil d'analyse économique, par ailleurs auteur de nombreux livres dont La fin de l'euro (2009) et L'Incohérence française (2012).

Dans un exposé très clair mais pas franchement optimiste, Christian Saint-Etienne a longuement évoqué la situation critique de la France dans une Europe où, pour lui, la concurrence fiscale et sociale agit comme « un poison mortel ».

A l’écouter on prend conscience combien « la France est en train de devenir le maillon faible de la zone euro ». Le déficit public structurel est de 4 points de PIB, le déficit de la balance courante des paiements de 3 points de PIB et la part de la production industrielle dans le PIB a chuté de 30% de 1998 à 2011.

Pire, selon l’économiste, la part de nos exportations dans le concert mondial a baissé de 40% sur la même période. Alors que nos dépenses publiques ne cessent de croître, soit 8 points de PIB de plus que la moyenne des autres pays de la zone euro en 2011 et 9 points en 2012 ! « Nous sommes dans une situation de cavalerie totale : on emprunte pour payer nos dettes », s’insurge-t-il. Le remède selon lui : baisser les dépenses publiques de 20 milliards d’euros dans chacune des trois années 2012 – 2014 et les geler ensuite en volume pendant trois ans Autre constat : le taux d’activité de la population est très faible : « Il nous manque trois millions d’emplois productifs marchands pour retrouver une position compétitive moins calamiteuse ».

Pour Christian Saint-Etienne l’urgence est donc de « reconstruire un ensemble cohérent de 400 grandes entreprises internationales, à forte base française, qui puissent servir de fer de lance de la reconstruction de filières de production compétitives tandis qu’une politique fiscale et d’encouragement à l’innovation doit permettre l’essor de 4 000 puissantes ETI (entreprises de taille intermédiaire) qui permettront de mailler le territoire national de 40.000 PME dynamiques ». « La France est face à des choix majeurs », ne craint pas d’affirmer l’économiste qui regrette que les programmes des deux candidats du second tour, annoncés par les sondages, ne préparent absolument pas l’opinion à une telle évolution.

Retrouvez bientôt les prochains évènements de l'A.M.E.L.I.E